Lettre ouverte de la Cnarela au Ministre envoyée en mai

Texte en pdf: Lettre ouverte au Ministre de la Cnarela mai 2014

Monsieur le Ministre,

Au moment où vous prenez des mesures pour améliorer la situation dans l’Éducation nationale, la CNARELA, (www.cnarela.fr), coordination regroupant 28 associations régionales de défense et de promotion des Langues et Cultures de l’Antiquité (LCA), vous adresse un appel solennel. Nos associations, qui rassemblent des professeurs des enseignements du secondaire et du supérieur, sont très préoccupées par l’évolution de tout le cursus des lettres classiques.

La préparation de la rentrée 2014 s’achève et de graves sujets d’inquiétude s’imposent à nous :
– à l’entrée en 5 e , niveau où se choisit l’option facultative permettant d’étudier le latin, faute de moyens horaires, les établissements n’ouvrent pas le nombre de divisions nécessaires pour accueillir tous les élèves qui se sont inscrits en fin de 6e;
– à l’entrée en seconde, de nombreux élèves qui veulent poursuivre l’étude du latin ou du grec en sont empêchés pour diverses causes : sectorisation des options, non prise en compte des vœux d’option par le logiciel AFFELNET, seuils d’ouverture de section fixés arbitrairement par les rectorats ;
– des informations contradictoires circulent concernant la fermeture de la préparation à l’agrégation interne et externe de lettres classiques au CNED. Ces incertitudes dissuadent les collègues désireux de s’inscrire.

Comment espérer trouver des professeurs si l’on décourage les élèves qui souhaitent découvrir ces disciplines, asséchant ainsi le vivier ? Comment espérer maintenir l’intérêt des élèves si l’on empêche les enseignants de progresser ?

Nous vous demandons donc instamment de prendre au plus tôt toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme à ce saccage méthodique de disciplines dont l’apport est fondamental dans la formation de l’individu et du citoyen et nous tenons à votre disposition pour toute rencontre si vous souhaitez dialoguer avec la Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes.

Espérant que vous accueillerez favorablement notre requête, nous vous prions d’accepter, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments très respectueux.

Sylvie Pédroaréna,
présidente de la CNARELA.