L’Antiquité au cinéma en 50 titres, liste établie par Claude Aziza.

Le petit mot de présentation de Claude Aziza: : « A  la  demande  générale  et  devant  d’insupportables supplications, voici une liste (pas trop subjective) des 50 meilleurs titres. TOUS disponibles en DVD, sauf une exception (à trouver) qui confirme nécessairement la règle.  »

Merci à l’Arelam pour un harcèlement en règle qui a si bien abouti…

L’ANTIQUITE AU CINEMA en 50 films

Concours de latin 4e Le Calame d’or

Un nouveau concours national se crée, destiné aux élèves de latin des classes de 4E. Les prix seront remis lors du festival européen de latin grec 2015. En voici ci dessous le descriptif par notre collègue organisatrice.

Cordialement SR.

http://www.festival-latin-grec.eu/?lang=fr&keyRubrique=le-calame-dor&PHPSESSID=a76e1c04485410b7219e617f22583b44 

“Iter est, quacunque dat prior vestigium” : Il y a un chemin partout où un autre a laissé des traces.

En hommage au concours du « Plumier d’Or », organisé par la DLF (Défense de la Langue Française), le concours national du Calame d’Or s’adresse aux élèves latinistes de 4ème de tous niveaux, Il a été créé avec le soutien du Festival Européen de Latin-Grec et de l’ARDELAC (Association Régionale de Défenseurs de l’Enseignement des Langues Anciennes de l’Académie de Créteil) par une équipe dynamique de professeurs de lettres classiques, venant de différentes académies. Seule condition pour le faire : s’inscrire à l’association Fortuna Juvat (10 euros à verser par l’établissement), créatrice et organisatrice du Festival Européen Latin Grec.

Voici quelques précisions au sujet de notre concours : il se déroulera du lundi 19 au samedi 24 janvier 2015, dans les établissements inscrits. Le thème de cette année sera « les dieux et les héros ». Les connaissances nécessaires sont celles du programme de la cinquième. Il faudra ajouter la conjugaison du parfait. Les inscriptions se feront jusqu’au 8 janvier 2015. Les sujets seront envoyés par mail le 12 janvier, pour que vous puissiez faire les photocopies nécessaires.

Ce concours, amusant et original, se fait sans l’aide de document. Il comporte deux parties : la première partie, individuelle, repose sur des questions de civilisation à partir d’œuvres d’art, que les professeurs de la classe corrigeront, puis des questions sur un texte en latin, que le jury corrigera ; la deuxième partie est collective : il s’agit de présenter sa classe en latin, en laissant place à l’imagination et à la créativité de chacun : poèmes, chansons, sketchs, éventuellement sur un support multimédia (film de 5 mn maximum) sont attendus. Des prix différents seront attribués à chacune de ces parties. Les élèves présentant une dyslexie auront un sujet plus court, avec une police de caractère adapté. La liste alphabétique des lauréats sera publiée début avril sur le site du festival http://www.festival-latin-grec.eu. Les lauréats et leur professeur recevront également un courrier et/ou courriel. La remise des prix aura lieu, pour ceux qui le peuvent, au Festival Européen de Latin Grec, le 21 mars 2015, à Lyon. Les autres recevront leur prix par la poste. Inscrivez-vous avant le 8 janvier au calamed’or@gmail.com .

Consultation sur le socle commun

Chers collègues,

  Nous sommes conviés à donner notre avis sur le projet de socle commun de connaissance, de compétences et de culture afin de le faire évoluer, directement sur Internet et au sein de nos établissements. Comme vous avez pu le constater, notre singularité de professeur de Lettres Classiques n’est pas respectée dès la page d’entrée de formulaire. Nous nous permettons de vous suggérer de ne pas vous attarder sur ce point qui a déjà été relevé par la Cnarela et par différents syndicats. En effet, c’est le projet dans son ensemble qui nous semble oublier tout l’intérêt des langues anciennes dans l’acquisition du socle commun.

   Il n’y a aucune mention des langues anciennes dans tout le texte, si ce n’est au détour d’une phrase finale, au milieu de toutes les autres matières : il est étrange que nous n’y ayons pas notre place, contrairement, par exemple, aux langues régionales.

   Plus en détail, nous regrettons ainsi l’absence des langues anciennes dans le domaine 1, alors que nous nous retrouvons largement dans les objectifs annoncés tant pour la maîtrise de la langue française que pour ceux des langues étrangères et régionales. Un item intitulé « pratiquer et utiliser des langues anciennes » y aurait eu à notre avis sa place, avec un développement des apports propres à nos langues. Il faudrait tout au moins  montrer que celles-ci servent à l’acquisition d’autres parties du socle.

  Ainsi, presque toutes les matières sont utiles au domaine 4, mais qu’en est-il de nous ? Nous savons bien l’intérêt des LCA pour « l’observation et la compréhension du monde ». Ce mépris et cet oubli nous semblent extrêmement regrettables.

  On s’attendrait à trouver au moins une trace dans le domaine 5 puisqu’il vise entre autre à faire acquérir aux élèves « le sens de la continuité et de la rupture, de l’identité et de l’altérité » : il n’en est rien ! Français, langues régionales, histoire etc, certes… Mais ni latin ni grec.

  Il nous semble donc urgent que nous complétions en détail ce questionnaire, et que nous mentionnions dans tous les domaines, les champs de compétence qui sont touchés par nos enseignements, de rappeler leur utilité dans tous les éléments du socle où c’est le cas (et il y en a un grand nombre).

 Vous Souhaitant bon courage,

 Valete omnes !

Le Bureau de l’ARELABOR.

Prochains séminaires d’étude d’Ausonius

AZOULAY

SÉMINAIRE DU JEUDI 6 NOVEMBRE 2014 – 18H Salle Pierre Paris à 18h – Maison de l’Archéologie – Université Bordeaux Montaigne

Hartmut G. ZICHE, Senior Researche Associate, Department of Greek and Latin Studies, University of Johannesburg – Chercheur associé AIHP-GEODE EA
929, Université des Antilles et de la Guyane
L’invention du vandalisme, Victor de Vita et la construction d’une narrative vandale.

Malgré le fait que les manuscrits appellent l’œuvre de Victor de Vita une historia, et malgré son utilisation comme source narrative pour les évènements en Afrique du Nord entre les années 430 et 480 par les historiens modernes, Victor n’écrit pas des res gestae dans le style classique des historiens de l’antiquité tardive. Son œuvre reflète en fait le caractère généralement hybride et innovant de son temps, mélangeant des genres littéraires établis comme l’histoire ecclésiastique avec les témoignages de martyrs ou encore les polémiques politiques.

Cette communication s’intéresse à la question comment Victor réussit à établir une narrative persistante des Vandales comme barbares archétypiques, guère mieux que les Huns et certainement plus malfaisants que d’autres bêtes noires de l’historiographie tardive comme par exemple les Visigoths. Nous allons démontrer que le succès de Victor pour détruire la réputation du royaume vandale réside en grande partie dans une approche originale qui impose une équation narrative entre Vandales et Ariens, opprimant des Romains, tous Chrétiens orthodoxes. Il s’agit d’une stratégie narrative efficace qui permet à Victor de se servir aussi bien des stéréotypes barbares établis, que des stéréotypes plus récents des hérétiques pour peindre un tableau particulièrement noir du peuple vandale.

AZOULAY

SÉMINAIRE DU JEUDI 13 NOVEMBRE 2014 – 18H

Salle Pierre Paris à 18h – Maison de l’Archéologie – Université Bordeaux Montaigne

Vincent AZOULAY, Professeur à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée
La vie des statues : le cas Théogénès de Thasos. Une étude sur une statue extraordinaire tour à tour outragée et vénérée.

Cette intervention s’intéresse à la vie d’une statue tout à fait exceptionnelle – celle de Théogénès de Thasos, athlète victorieux aux concours olympiques au début du Ve siècle av. J.-C. Érigée sur l’Agora de Thasos du vivant de l’athlète, la statue connut en effet un destin fort mouvementé : jugée pour meurtre (après avoir écrasé un homme en chutant de son piédestal), condamnée à être jetée à la mer, repêchée miraculeusement, puis vénérée pendant plusieurs siècles, elle alimenta tout à la fois la ferveur et les sarcasmes des Grecs pour des raisons que je tenterais d’éclairer.

SCHULER

SÉMINAIRE DU JEUDI 20 NOVEMBRE 2014 – 18H

Salle Pierre Paris à 18h – Maison de l’Archéologie – Université Bordeaux Montaigne

Mohamed MEROUAK, Professeur en études arabes et islamiques à l’université de Cadix – Chercheur associé à l’UMR 5648, Lyon
Les usages de la langue berbère dans le Maghreb médiéval : histoire et philologie

Les notices relatives à la langue berbère au Maghreb médiéval sont à la fois rares et abondantes… Mais, pourquoi aborder le sujet de ce séminaire d’une telle façon ? Si nous utilisons deux adjectifs opposés c’est pour attirer l’attention sur le fait que les sources écrites en arabe sont pleines de données mais qu’il faut les rechercher tel un archéologue exhumant des objets de la terre. Il est vrai qu’elles sont réparties dans différents textes tels que ceux appartenant à la littérature généalogique, les sources ibadites, les œuvres hagiographiques, les écrits géographiques, les livres d’histoire, les textes juridiques, etc. Une fois réalisé le dépouillement le plus complet possible, le chercheur se rend compte qu’il peut avoir une formidable collection de détails sur les noms des tribus berbères, les noms de langue (s) en usage, les noms de régions liées à des variantes linguistiques du berbère, des anthroponymes, des phrases, des expressions, etc. En parallèle à la collecte de données, il ne faut pas oublier l’examen critique des sources qui dans leur immense majorité sont rédigées en arabe ainsi que leurs contextes culturels, religieux, sociaux, politiques ayant présidé à leur élaboration. Ces aspects seront abordés principalement dans une perspective historique (diachronique). L’intervention sera réparti de la manière suivante: 1) sources écrites pour l’étude de la langue berbère à l’époque pré-moderne; 2) bilan provisoire des recherches principale menées au cours des dernières années; 3) la recherche actuelle; 4) exemples de thèmes de recherche en cours.

Journée d’études « Anciennes polychromies et nouvelles technologies » – 17/10 Archéopôle d’Aquitaine

L’étude de la polychromie dans les domaines de la sculpture et de l’architecture fait actuellement l’objet d’un regain d’intérêt. Dans le même temps, les modèles tridimensionnels offrent de nouveaux outils de représentation des traces et de restitution des surfaces colorées. Un état de la question et une présentation des perspectives de recherche seront proposés au cours de cette journée, organisée à l’occasion du lancement du projet Retro color 3D.

Programme journée d’études du 17 octobre

Programme
9:30 J. des Courtils, introduction.
R. Vergnieux, introduction.
10 :00 Ph. Jockey « Le Trésor des Marseillais ou l’éclat de Marseille à Delphes vers 500 av. J.-C. : Etapes, techniques et enjeux d’une anastylose virtuelle. »
10h30 Ch. Piccinini « Réactions et réflexions modernes sur la couleur dans la sculpture médiévale. »
11:00 Ch. Gensbeitel « Les couleurs dans l’architecture et la sculpture romane, une dialectique complexe. »
11:30 M. Schlicht « La polychromie du Portail royal de la cathédrale de Bordeaux (vers 1250). »
12:00 Déjeuner
14h00 J.-Fr. Bernard Introduction.
14h30 G. Ragot « La « couleur spatiale » dans l’architecture moderne européenne des années vingt.»
15:00 Fr. Daniel, L. Espinasse, P. Mora Présentation de quelques travaux récents Archéovision/Archéotransfert ; Projection du film consacré à la restauration de Notre Dame de Grâce (Musée des Augustins).
15:30 P. Reuter (Labri) Présentation du prototype « revealing flashlight » .
16:00 J. des Courtils Conclusions.

Oracle, parution du tome 4

Pour les amateurs de bande dessinée antiquisante, le nouvel opus signé par Patrick Lespare au scénario et par Nicolas Demare au dessin vient de paraître aux éditions Soleil. Si ce n’est pas à mettre entre les mains d’un jeune public, les grands adolescents et les adultes pourront apprécier. A noter que le scénariste Patrick Mc Spare, qui vit dans le Sud de la Charente Maritime (Montendre) serait tout à fait ravi de pouvoir parler de son travail avec des élèves.

lien babelio : http://www.babelio.com/livres/McSpare-Oracle-tome-4–Le-Malforme/640358

Présentation du projet sur le site de l’éditeur: http://soleilprod.com/dossier/89

Concours 2014 et 2015

Avete omnes!

Pour ce cru 2015, nos élèves plancheront donc sur les sujets suivants:

  • Lycée:

– Terminale, latin et grec: Figures impériales et royales

– Première, latin et grec: Eros contre Epos ? Eros et Epos ! (érotisation des figures épiques, et inversement.)

La liste complète de suggestions est téléchargeable ici: Liste de suggestions concours lycée 2015

  • Collège: Les trois empereurs du Colisée :La dynastie Flavienne. Le livre proposé à le lecture est : Caroline Lawrence, Les mystères romains, tome 8 :Les gladiateurs de l’Empereur, éd. Milan

La liste complète de suggestions est téléchargeable ici: Liste de suggestions concours collège-2015

  • Organisation : Nous manquons de volontaires pour le lycée (conception des sujets et de la bibliographie, organisation, correcteurs). Et de correcteurs pour le collège…

 

Compte-rendu de l’assemblée générale du 26 avril 2014

Accueil des présents, présentation de la journée. 66 présents le matin, 64 l’après-midi, 87 participants différents.

I – Intervention de M. Olivier Massé, I.A/IPR de Lettres

Dès le début de la réunion M. Olivier Massé, I.A-I.P.R de Lettres est intervenu, car il devait partir dans l’après-midi, à Paris, pour assister à la réunion des IPR de Lettres Classiques.

Il a évoqué le souvenir de M. Gallet et de M. Menaut, éminents professeurs de Lettres Classiques, à l’origine de l’association ARELABOR, décédés en 2013.

M. Massé a souligné l’importance de cette assemblée générale annuelle : c’est la seule journée où les professeurs de Lettres Classiques peuvent se rencontrer et échanger.

L’enseignement des Langues anciennes doit être sans cesse justifié pour continuer d’exister. Le recrutement de professeurs titulaires est en baisse : il s’avère moins important que le nombre de postes : les postes ne sont donc pas tous pourvus. Pour cette raison une formation de professeurs remplaçants pour l’enseignement du latin est proposée aux professeurs de Lettres Modernes. Mais il ne faut pas s’en inquiéter : ce n’est pas une formation diplômante (ces collègues ne deviendront pas professeurs de Lettres Classiques) : la nécessité est de faire face aux urgences pour éviter la disparition de l’option latin.

Régulièrement les enseignants et les IPR sont confrontés à la question suivante : Pourquoi faire du latin et du grec ?

L’argument le plus souvent avancé est d’ordre utilitaire et linguistique : le latin est à l’origine de la langue française. Mais il faut également insister sur l’importance des valeurs véhiculées par cet enseignement : l’apprentissage des langues anciennes est le seul enseignement que l’on choisisse pour la culture par rapport aux langues dites vivantes qui répondent à des objectifs économiques, linguistiques…

A travers Rome et sa civilisation, on découvre la Grèce et sa culture (Cf ouvrage : Pourquoi la Grèce de Jacqueline De Romilly ?) Le poids de la culture doit être souligné : elle dégage deux notions fondamentales qui sont au cœur des arts, de la littérature, de la philosophie et de l’histoire : la liberté et l’humain. La liberté implique la parole donnée à l’homme. Dans le théâtre athénien, l’homme prend la parole. La prise de parole et l’analyse rationnelle par l’esprit humain sont nées en Grèce et ont été décisives pour l’Europe et l’humanité.

M. Massé, ensuite, évoque les réalités du terrain. Les effectifs des langues anciennes en collège sont très bons : dans l’académie, en 3ème en latin on dénombre 6031 élèves dans le public (1368 dans les collèges privés sous contrat) et seulement 902 en seconde pour le public ; en grec, en 3ème on recense 835 élèves et seulement 203 en seconde (dans le public). En lycée, la multiplicité des options entraîne une déperdition des effectifs. Pour stopper cette hémorragie, il faut favoriser les échanges entre collèges et lycées et promouvoir l’enseignement conjoint du latin et du grec et l’enseignement du latin oralisé.

M. Massé met l’accent sur un certain déséquilibre de la répartition des postes de Lettres Classiques dans les établissements : certains collèges n’ont aucun professeur de Lettres Classiques alors que dans d’autres établissements on en constate un surnombre; dans ce dernier cas, lors d’un départ à la retraite, il peut arriver qu’un poste de Lettres Classiques soit transformé en poste de Lettres Modernes.

II – Intervention de Mme Justome

Madame Justome, jeune inspectrice honoraire, est également intervenue. Elle a mentionné l’existence d’un outil en ligne sur le site du rectorat, sorte de tableau qui indique où est mis en place l’ECLA (enseignement conjoint des langues anciennes). L’ECLA est une expérimentation validée pour trois ans par le rectorat avec quelques moyens. Elle peut être poursuivie au-delà de trois ans. Madame Justome insiste également sur la valeur humaniste portée par ces enseignements. L’enseignement du latin, notamment, ne doit pas être réservé à une élite de centre-ville mais doit être proposé aux élèves de secteur plus difficile. En conclusion, les valeurs doivent être la clé et la raison d’être de nos enseignements. C’est pourquoi elle propose la création d’un groupe de travail qu’elle coordonnera sur les valeurs portées par ces enseignements.

III – Rapport moral :

Intervention de M. Cariou et de M. Rajah, présidents de l’association

Les concours organisés en collèges et lycées ont rencontré un vif succès :

  • En lycée : 236 inscrits ; 206 copies remises.

  • En collège : 538 participants.

Deux appels sont lancés : besoin de correcteurs et de concepteurs pour le lycée.

La cérémonie de remise des prix aura lieu le mercredi 14 Mai.

  • Vestibulum : concours européen ; les résultats dans l’académie sont intéressants : 237 participants ; 17 médailles d’argent ; 43 médailles de bronze.

Plusieurs actions sont menées dans l’académie avec le Musée d’Aquitaine et Vésunna : le projet consiste à concevoir des livrets éducatifs que l’on puisse imprimer et utiliser sur place de la 6ème à la terminale.

Des rendez-vous sont pris avec le musée des beaux-arts et le musée des arts décoratifs.

Évocation des journées d’Octobre 2013 à Arles : il s’agit de journées consacrées aux langues anciennes sur un sujet précis, organisées chaque année par des académies différentes.

Les collègues du supérieur se sont montrés rassurants sur la réforme du CAPES de Lettres qui garde une filière spécifique Lettres Classiques.

M. Dugrip, nouveau recteur, affirme être très attaché à l’enseignement des Langues Anciennes à la fois pour des raisons personnelles et des raisons pédagogiques : ce n’est pas un enseignement élitiste mais un enseignement égalitaire, républicain.

L’initiative revient aux enseignants : ils doivent se montrer actifs, dynamiques, novateurs pour le maintien et la promotion des langues anciennes.

Collaboration avec Ausonius : mise en place de nouveaux ateliers sur les expositions (notamment de Septembre à Décembre dans le cadre de l’exposition sur le Labex) et sur les fouillles et sur les travaux en cours.

Adresse du nouveau site d’ARELABOR : www.arelabor.com.

Un appel à contribution est lancé : on demande aux collègues des documents pédagogiques pour le bulletin et le site.

Des liens, des infos sur Twitter et Facebook sont en accès libre.

Projets :

  • Lancement d’une traduction sur Twitter : épigrammes du XVI ème siècle ; ce n’est pas réservé seulement à l’académie.

  • Lancement d’un concours 6ème  (axé sur la civilisation) pour favoriser le recrutement des élèves latinistes pour la cinquième

  • Ateliers Peplum et cours à mettre en place pour les collèges et lycées.

  • Développer les liaisons collèges et lycées.

  • Être présents au forum des enseignants innovants et de l’innovation pédagogique, organisé par le Café pédagogique en liaison avec le ministère. Le 7ème forum aura lieu les 16 et 17 Mai.

Vote du bilan moral ; bilan moral adopté.

IV – Bilan financier.

Intervention d’Anna Borras, trésorière de l’association.

Bilan meilleur que l’an passé : compte équilibré.

Charges : 2421,69 euros

Produits : 3898,10 euros 

Situation des comptes au 31 décembre 2013 :

– compte courant : 4802,05 euros

– compte sur livret : 704,03 euros 

Nombre d’adhérents :

  • 2012 : 69

  • 2013 : 82

Vote du budget ; budget adopté.

III – Informations diverses :

  1. Journées d’Octobre 2014 à Strasbourg : le thème retenu : l’humanisme

Journées d’Octobre 2015 à Bordeaux : le thème sera très certainement celui de la Relecture/réécriture de l’Antiquité.

Un appel aux bonnes volontés est lancé pour s’occuper de certaines tâches administratives : réservation d’ hôtels, de restaurants…

  1. CNARELA/ EUROCLASSICA

CNARELA : coordination nationale des associations régionales de langues anciennes.

Le CAPES de Lettres apparaît avec des options : Lettres Modernes, Lettres Classiques

La CNARELA a des liens étroits avec l’APLAES (enseignement supérieur)

La formation à l’agrégation interne de Lettres Classiques a été supprimée au CNED. C’est un concours public : il est primordial que cette formation apparaisse au niveau du CNED.

Il est nécessaire d’avoir une entrevue avec M. Le Recteur pour faire apparaître les disciplines LATIN et GREC en option sur AFELNET.

Marie-Hélène Menaut, qui fait le lien entre ARELABOR et la CNARELA, a pris la parole pour préciser le rôle de la coordination nationale et inciter les professeurs de Lettres Classiques à faire remonter les problèmes à la CNARELA dès qu’ils se présentent.

EUROCLASSICA : association européenne de Langues anciennes. Elle organise des Academia. ECCL a été initié par l’ancien président d’Euroclassica.

Nous avons doublé les effectifs du vestibulum par rapport à l’an passé.

Seulement 4 médailles d’or sur l’Académie.

En grec, les Russes ont de meilleurs résultats que les français.

En tant que membres d’ARELABOR, les enseignants ont droit à une réduction sur les voyages scolaires avec l’organisme Thalassa.

  1. Présentation par Anna Borras de la réalisation d’une bande dessinée bilingue (latin/ français) sur Bordeaux, fruit d’un travail en collaboration avec Germain Teilletche et Marie-Hélène Menaut.

On s’adresse à un public scolaire donc la visée est pédagogique : langue latine et civilisation en lien avec les programmes.

Anna, Marie-Hélène et Germain ont fait des recherches personnelles et ont rencontré des professionnels d’Ausonius pour avoir une meilleure connaissance du Bordeaux antique.

Chaque bulle présente le texte latin et le texte français ; on trouve même un peu de grec.

Le dessinateur est Strom, originaire du Lot-et Garonne.

Le point de départ de la B.D. est une stèle du musée d’Aquitaine : le message d’un affranchi à son maître.

Sur le site de la maison d’édition (Dadoclem), on pourra entendre la bande dessinée en latin (dite par des étudiants avec Julie Gallego).

La bande dessinée n’est pas encore éditée : elle est présentée sur le site Ulule : http://fr.ulule.com/glaive- burdigala

Pause et élection d’un bureau restreint : M. Cariou et M. Rajah Présidents, M.Teilletche Vice-Président, Mme Borras Trésorière, Mme Laulan Secrétaire, Mme Moreau Secrétaire-adjointe.

Renouvellement d’une partie du CA : des départs, et entrée de Mme Justome et de Mme Rousseau. Répartition des rôles au sein du CA inchangée, avec l’apport de Mme David qui rejoint le groupe travaillant sur le concours collège, et Mme Justome qui crée le groupe de travail sur les valeurs humanistes du latin et du grec.

L’après-midi trois intervenantes ont présenté leurs travaux respectifs.

Madame Ziéglé pour des raisons personnelles n’a pu être présente.

  1. La lecture en langues anciennes : un enjeu capital, des exigences et des stratégies nouvelles, par Mme Dominique Jottreau-Augé, présidente de l’ARELAG.

  1. L’utilisation pédagogique des péplums par Cathy Rousset

  1. Présentation par Mme Sonia Syllac (Ausonius) des ateliers d’épigraphie latine et de papyrologie, en lien avec les collections du musée d’Aquitaine.

Christine Laulan.

Bande dessinée « Le glaive de Burdigala »

Page Couverture BDChers collègues,

Nous sommes très heureux de vous annoncer la sortie d’une bande dessinée à destination de nos jeunes publics du collège racontant en latin doublé du français le périple de deux jeunes adolescents dans le Bordeaux Antique. Le dessin a été brillamment assuré par Ström, un dessinateur du Lot et Garonne, imaginant une version plausible de la cité dans l’Antiquité, d’après les indications de nos partenaires de l’institut Ausonius. Le texte et les dialogues ont été produits par trois membres de l’ ARELABOR, Marie Hélène Menaut, Anna Borras et Germain Teilletche. Par ailleurs, les dialogues en latin ont été doublés par des étudiants de l’université de Pau et par leur enseignante Julie Gallego (voir http://www.dadoclem.fr/ecoles/la-marmite-audio.php#glaive). Merci infiniment à nombre de collègues qui ont contribué à son financement sur Ulule suite à l’ Assemblée Générale de l’ ARELABOR. Enfin, nous ne saurions pas remercier suffisamment la maison d’ édition Dadoclem, spécialisée dans les ouvrages bilingues, pour avoir permis cette aventure !
Vous pouvez commander votre exemplaire sur cette page : http://www.dadoclem.fr/editions/commander.php, ou télécharger ici directement le bon de commande  Bon de commande Dadoclem
Nous vous souhaitons une bonne lecture !

G.Teilletche.

Voici quelques mots supplémentaires d’explication par Julie Gallego sur le travail audio:

« Avec les étudiants de MEEF1 (les Lettres Classiques et les Lettres Modernes avec option latin), nous avons enregistré les voix des personnages en avril. Nous avons passé 3h au service informatique de la fac, le Cratice, entre concentration et fous rires lorsque l’un d’entre eux butait, pour la 10e fois, sur le même mot… Parfois, ils avaient prononcé correctement la phrase et c’est moi qui avais oublié d’appuyer sur le bouton d’enregistrement! J’ai assuré les « préparatifs » des textes pour la prononciation en latin restitué (en plaçant à l’avance les accents où il fallait avec un coup de fluo), j’ai réparti les rôles en fonction des voix des étudiants, en essayant de faire en sorte que tous parlent à peu près autant; le casque sur les oreilles pour avoir le retour, je faisais des gestes pour lancer les dialogues des personnages et les étudiants, après une lecture collective et quelques répétitions dans le couloir, ont enregistré les voix.
Le Cratice a eu une matinée animée ce jour-là, entre rires, coups sur le radiateur en métal pour faire le bruit de la forge, sifflements d’appel du (faux) chien, aboiements du (faux) chien et discussions pour la répartition des croissants et des chocolatines à la pause!
Les étudiants sont devenus, pour quelques heures, des enfants, des brigands grecs, un forgeron, des gladiateurs, un chien, et plus encore!

Voici la présentation de la BD (+ communiqué en PJ) :
http://www.dadoclem.fr/catalogue/titres_marmite.php#glaive
Les voix sont aussi accessibles à partir de la version papier, page par page, par flashcode sur smartphone ou tablette (il suffit d’avoir une application de lecture de code).
Le public visé est celui du collège.

Nous nous sommes bien amusés à le faire: j’espère que vous en ferez autant en les écoutant tout en lisant le livre ! «